RDC/Proposition du suffrage indirect pour l’élection présidentielle, pour « l’UDPS Bahizire Byamungu » il est plus facile de corrompre 500 personnes que de le faire pour 80 millions des congolais

11 septembre 2020
IMG-20200911-WA0066.jpg
Partager avec :

La proposition de certains caciques du Front Commun Pour le Congo (FCC) d’amener l’élection présidentielle du suffrage universel direct au suffrage universel indirect en RDC, continue à suscité des réactions dans la classe politique.
La dernière en date est celle du pasteur Bahizire Byamungu Jean de Dieu, une grande figure de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social UDPS/SUD-KIVU, qui trouve dans cette démarche une fuite en avant du FCC pour fuir la volonté du peuple.
Pour lui, le FCC devrait avoir l’élégance politique et comprendre que le temps où un groupe des personnes se mettait à décider sur le sort du peuple est révolu.
« De notre côté nous pensons que nos frères et amis du FCC ne sont pas correct avec eux-mêmes. Vous allez vous rappeler qu’en 2006 après les élections présidentielles qui ont porté le sénateur à vie Joseph Kabila au pouvoir le suffrage était à deux tours de la, et en 2011 avant les élections, ils ont proposé la révision de la constitution sur la loi électorale, en amenant les deux tours à un seul tour, pour permettre à leur candidat Kabila d’être élu avec les mécanismes diaboliques. Et 2018 ils ont perdu les élections avec leur propre stratégie d’un seul tour, maintenant aujourd’hui n’étant plus à la tête, ils demandent encore la réforme pour permettre que leur candidat qu’ils vont fabriquer de passer. C’est à dire que comme ils estiment avoir la majorité parlementaire, ils pensent qu’avec cette stratégie du suffrage indirect, ils peuvent contourner la volonté du peuple » pense ce cadre du Cap pour le Changement.
Abordant l’aspect organisationnel des élections présidentielles que certains cadres du FCC prétendent etre couteux pour l’organisation du suffrage universel direct, le pasteur Bahizire Byamugu pense que la République n’est pas incapable d’organiser ce suffrage compte tenu de ses moyens.
Pour lui, il est plutôt facile de corrompre les 500 députés qui siègent à l’assemblée nationale, que de corrompre toute la population congolaise qui doit élire le président de la République.
« Quand eux organisaient les élections, ils ont mis des manœuvres en place, aujourd’hui ils parlent de problème des moyens d’organisation. Dire que quelques 500 députés à l’assemblée nationale puissent porter le choix de toute une population de plus 80 millions d’habitants, c’est ne pas normal. Il est aujourd’hui facile de corrompre 500 personnes avec l’argent du contribuable qu’ils ont volé, que de corrompre 80 millions des congolais. Nous devons aller aux élections à suffrage direct et que le peuple puisse s’exprimer. » dit-il
Avant de conclure « le président vient de la volonté du peuple et non d’une poignée des personnes facilement corruptibles »
.

Partager avec :

A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter